Ils jouent un rôle clé dans la vie locale. Selon un sondage mené par OpinionWay auprès des Niçois, les habitants appré­cient grandement leurs commer­çants locaux. Mais ils s'inquiètent aussi pour leur avenir. 

Les Niçois se rendent avec toujours autant de plaisir dans leurs commerces de proximité. C'est l'une des infor­ma­tions que nous pouvons retenir d'une étude conduite par OpinionWay pour la société Faire, qui permet aux dirigeants de petites entre­prises de s'approvisionner.

Ce sondage mené en mai 2024 porte sur les réponses de 306 personnes résidant dans la métropole Nice Côte d'Azur, mais aussi au niveau national. Il permet de comparer l'attrait des habitants de la capitale maralpine pour leurs boutiques locales par rapport au reste du pays. 

82% des sondés niçois ont répondu être attachés à elle, contre 76% pour les Français. Il faut dire que nous voyons en ces adresses la bonne vitalité de nos quartiers. Il faut ajouter que 80% des habitants de la Baie des Anges inter­rogés appré­cient l'accueil lorsqu'ils vont faire leurs courses, une qualité parti­cu­liè­rement recherchée chez nous.

Autre signe d'un lien fort avec les magasins indépen­dants dans la cité azuréenne, le pourcentage de Niçois et de Niçoises restant fidèles à leurs enseignes de proximité (87%). À titre d'exemple, c'est six points de plus que dans l'ensemble de l'Hexagone.

L'accessibilité pointée du doigt

Voilà pour les aspects positifs et les espérances exprimés dans cette enquête. Mais elle révèle aussi une inquiétude non dissi­mulée à Nice. Les plus de 300 adultes invités à évoquer ce sujet ont, pour la grande majorité, fait part de leur incer­titude quant à l'avenir de leurs magasins locaux. 65% des habitants sont soucieux de leur futur et 20% se disent même "très préoc­cupés".

Beaucoup d'entre eux (40%), ont noté "un déclin" de ces établis­se­ments sur les trois dernières années. Malgré la vitalité des rues piétonnes et les aides fournies par la collec­tivité, les défis sont nombreux pour les dirigeants d'entreprise. Il y a bien sûr la concur­rence du web, des grandes surfaces et des centres commer­ciaux ou encore les loyers très élevés, mais un autre sujet rend songeur la clientèle.

Pour la moitié des sondés, l'accessibilité est un point noir chez nous. Ils soulignent princi­pa­lement les diffi­cultés de station­nement rencon­trées. De plus, 38% d'entre eux ont observé une perte de vitalité dans leurs quartiers.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.