Après deux années succes­sives en tête du classement, Nice n’est plus la meilleure ville de France où il fait bon vivre pour les chiens. La capitale des Alpes-​Maritimes reste néanmoins très bien classée. 

Havre de paix pour nos petites bêtes, Nice a multiplié les initia­tives pour améliorer leur qualité de vie ces dernières années. 

On peut citer entre autres des places d’accueil au parc Phoenix pour les animaux saisis ou abandonnés, des distri­bu­tions alimen­taires ou encore une plus grande protection des chats. Nous évoquions tout ce qui est fait dans cet article récapi­tu­latif, en décembre 2022.

L"’Animal Pride" organisée sur la Promenade des Anglais, qui a eu lieu cette année le 26 mars, participe elle aussi à cette recon­nais­sance de notre commune. 

Cela lui a permis de figurer deux ans de suite en tête du classement des villes où il fait bon vivre avec son chien d’après 30 millions d’amis.

Lille prend la tête de peu

Après 2021 et 2022, la capitale des Alpes-​Maritimes a toutefois raté la passe de trois pour 2023. 

Selon le dernier palmarès publié par la fondation, elle est devancée de peu par Lille pour cette 8e édition. Seulement quelques dixièmes de point les séparent, la cité des Hauts-​de-​France ayant obtenu la note de 18 sur 20, contre 17,4 pour nous. 

Un domaine a fait défaut à la candi­dature niçoise pour cette fois-​ci, l’arrêt des cours d’éducation canine gratuits à desti­nation des résidents.

Nice félicitée

Mais le magazine spécialisé a tout de même félicité notre terri­toire pour son label "Pet Friendly" et l’ouverture des locaux aux chiens des colla­bo­ra­teurs de la Ville, sur propo­sition de l'élu municipal parti­cu­liè­rement investi sur ces questions, l'écrivain Henry-​Jean Servat.

Afin d’établir la hiérarchie nationale, 30 millions d'amis a mis l’accent sur cinq critères principaux : l'accessibilité (espaces verts, aires d'ébats et trans­ports), la propreté (sacs à crottes, distri­bu­teurs et signa­le­ments), la sensi­bi­li­sation (infor­mation et éducation) ainsi que l'engagement (politique en faveur de l'animal), et enfin la médiation (antenne maltrai­tance et prévention).

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.