Grâce à une étude nationale sur les forêts françaises, il nous est possible de connaître le taux de boisement pour chaque région. Notre Provence-​Alpes-​Côte d'Azur s'en tire très bien à ce sujet.

Les forêts de l'Hexagone gagnent du terrain, et on sait désormais à quel point. L’Institut national de l’information géogra­phique et fores­tière (IGN) a publié une étude sur l'évolution de la surface fores­tière française et ses carac­té­ris­tiques. Un travail qui nous permet d'apprendre beaucoup de choses sur la compo­sition de nos bois et sur leurs métamor­phoses lors des dernières décennies.

Avec un découpage plus précis, région par région, l'IGN offre une photo­graphie précieuse pour les terri­toires. Sur le plan national, il faut déjà noter que depuis 1986, on recense une expansion de nos forêts de 0,7% chaque année.

Deuxième meilleur taux de boisement du pays

Maintenant, si nous nous concen­trons sur notre Provence-​Alpes-​Côte d'Azur, on peut déjà observer qu'elle fait partie des collec­ti­vités les plus boisées du pays. Avec un taux de 52% de boisement, le Sud-​Est de la France est largement au-​dessus de la moyenne relevée dans nos frontières (31%). Seule la Corse peut se targuer d'être mieux dotée en la matière (66%).

À LIRE AUSSI : EN IMAGES. La plus grande forêt de mimosas d'Europe se situe en Provence-​Alpes-​Côte d’Azur 

Autre point positif, les arbres prennent de plus en plus de place. Année après année, la zone fores­tière a progressé de 1,1%, soit 0,4 point de plus que sur le reste du sol français. En 2022, on pouvait compter sur 1,65 million d'hectares de bois, soit, en valeur absolue, le septième meilleur total, derrière la Bourgogne-​France-​Comté (1,77 million d'hectares). Un nombre toutefois loin de la Nouvelle-​Aquitaine est sa super­ficie de 2,89 millions d'hectares.

Majoritairement des domaines privés 

Comment se répar­tissent ces hectares dans la Région Sud ? On retrouve princi­pa­lement des domaines privés (66%, 1,1 million d'hectares), mais les 559.000 hectares publics (34%) sont supérieurs à la moyenne hexagonale (25%).

Parmi les autres données à ressortir, évoquons le volume de plantes vivantes qui s'améliore lui aussi, passant de 114,4 en 2011 à 126 millions de mètres cubes il y a deux ans. 

Dans nos forêts, nous pouvons apercevoir majori­tai­rement le pin sylvestre, le chêne pubescent, le mélèze d’Europe ou encore le pin d’Alep. Les espèces feuillus repré­sentent 39% du peuplement de nos bois, soit un tout petit peu plus que les conifères (38%).

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.