Christian Estrosi : «Je veux avoir le pouvoir d’agir contre les marchands de sommeil à Nice»

Christian Estrosi interview Nice-Presse
Le maire de Nice le soir du 23 juin 2020. Photo : Hadrien Acaldi pour Nice-Presse

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
5
Shares

INDISCRET POLITIQUE — C’est l’un des petits «tacles glissés» de Christian Estrosi. Au cours d’un entretien accordé à «Nice-Presse», le maire de Nice a assuré qu’il allait «mener le combat de la décentralisation». Après s’être particulièrement investi pendant la crise sanitaire, le premier magistrat de la ville ne veut pas s’arrêter en si bon chemin et se voir confier par l’État de nouveaux domaines de compétence.

Au niveau de la santé, déjà, le maire souhaite créer une agence municipale de sécurité sanitaire et environnementale et de gestion des risques mais aussi «un conseil local de santé qui réunisse l’hôpital public, les cliniques privées, les EHPAD, les laboratoires et la médecine de ville.»

L’INTERVIEW EN INTÉGRALITÉ. Christian Estrosi : «Je veux être un maire encore plus protecteur»

«Un Ségur de l’hôpital public ne suffira pas» a‑t-il assuré.

En matière de sécurité, aussi, le maire souhaite pouvoir agir davantage : «On dit toujours qu’elle est un domaine régalien de l’État. Force est de constater qu’il ne garantit pas à tous les citoyens la sécurité à laquelle ils ont pourtant le droit.»

«Naturellement, je vais me battre, comme j’ai commencé à le faire, avec l’influence que je peux avoir. Plus ma légitimité sera forte en tant que maire d’une grande ville, et plus je serai entendu sur la loi de décentralisation annoncée par le président la République.»

«Je le dis très clairement, je n’accepte plus que des gens venus de l’extérieur envahissent sans droit ni titre un terrain et s’y installent. Le maire doit avoir le pouvoir de les déloger» a‑t-il ainsi réclamé.

Avant de se positionner sur un sujet particulièrement d’actualité dans cette dernière ligne droite de la campagne électorale à Nice :

«De même, quand des marchands de sommeil organisent le logement de pauvres gens dans des conditions d’hygiène et de santé épouvantables, le maire doit pouvoir agir avec l’autorité nécessaire.»

À LIRE AUSSI… Avec Christian Estrosi, la guerre totale contre le coronavirus

Cette phrase finement lancée par le maire et qui ne doit pas tellement tenir du hasard intervient la semaine où l” »affaire Governatori» refait parler d’elle. Le candidat écolo aurait, d’après nos informations dans cet article du 22 juin, porté plainte en diffamation après la publication d’une enquête de «Nice-Matin» l’accusant de mener des activités… de marchand de sommeil.

On apprenait ainsi dans ce papier publié le 29 février par nos confrères que le candidat vert aurait participé à la mise en location d’une cave insalubre pendant plusieurs années. Sa locataire, une femme dans une situation de grande précarité, habitant avec quatre enfants en bas âge, a signalé aux autorités «des menaces», qu’elle attribue, notamment, à M. Governatori.

«L’appartement» en question, situé à Beausoleil, rongé par la moisissure et l’humidité, avait été déclaré «impropre à l’habitation» par le préfet des Alpes-Maritimes. Les services de l’État avaient même alerté le propriétaire de risques pour la santé des locataires.

Jean-Marc Governatori a expliqué «ne rien avoir à faire avec ces appartements» (même s’il reconnait en avoir signé le bail !).

Avant sa prise position de cette semaine, Christian Estrosi s’était déjà exprimé le 6 mars dernier à la radio.

Interviewé par le directeur des rédactions de Nice-Matin Denis Carreaux sur Radio Émotion, Christian Estrosi s’était dit «surpris» dans cette campagne par le «silence assourdissant de (M. Governatori) qui, la main sur le cœur, défend l’éthique, après les révélations sur des activités de marchand de sommeil.» 

«Dans l’écologie, il y a aussi des questions d’éthique. L’écologie, ce n’est pas une option, ce n’est pas un parti politique, c’est une obligation» avait-il taclé (la vidéo par ici).

Le message est passé.

Partagez cette info :

Total
5
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse