A Nice et dans le reste de la Métropole, plusieurs parcs promettent aux visiteurs un moment agréable et hors du temps, avec un label gage de qualité.

Avec le soleil qui règne actuel­lement sur notre ville et globa­lement sur l’ensemble du terri­toire, vous serez peut-​être tentés de vous oxygéner dans l’un des nombreux espaces verts qui poussent dans les Alpes-Maritimes.

Pour distinguer certains lieux d’exception, le ministère de la culture a lancé en 2004 un label "jardins remar­quables", pour récom­penser les endroits ayant un intérêt culturel, esthé­tique, histo­rique ou botanique, en plus d’être bien entre­tenus, diver­sifiés et acces­sibles à tous. 

Nous en possédons quelques-​uns dans le pays niçois, parfaits pour s’offrir un bon bol d’air.

Pédagogie et diversité au jardin botanique

image 2p
[© DR]

Entamons notre périple au jardin botanique, à retrouver au 78 corniche fleurie. Musée à ciel ouvert, il a pour objectif de familia­riser les visiteurs avec le monde végétal grâce à ses 3,5 hectares et à ses plus de 3.000 espèces.

thumb 819 paysage big
[© DR]

Inauguré en 1983, il se décline en 40 zones recons­ti­tuant les diffé­rents milieux naturels, et sa mission consiste à conserver la biodi­versité, ainsi qu’à assurer la trans­mission du patrimoine. 

Vous y décou­vrirez une exposition de la flore venue des cinq conti­nents pour un voyage qui se veut à la fois scien­ti­fique, pédago­gique, écolo­gique et culturel. On peut aussi ajouter qu’il contient une biblio­thèque botanique et horticole ainsi qu’un herbier, tout cela étant consul­table par le public.

Le "Diamant vert" au parc Phoenix

iStock 1476989586 1200x712 1
[Illustration - iStock/​© Getty Images]

Partons ensuite en direction du parc Phoenix, que nous vous présen­tions dans cet article en mai dernier. Une grande étendue de 7 hectares au cœur de la capitale maralpine, au 405 Promenade des Anglais. Imaginé par la munici­palité en 1990, il détient aujourd’hui plus de 2.500 espèces de plantes, ainsi qu'une vingtaine de jardins à thème.

L’un de ses points forts est la serre de forme pyramidale, le "Diamant vert", qui est l’une des plus hautes d’Europe, un terrain de 7.000 mètres carrés et 25 mètres de haut dans lequel sont recons­titués six climats tropicaux.

iStock 1474084393 2048x1365 1
[Illustration - iStock/​© Getty Images]

En plus de la verdure, le domaine est aussi reconnu pour sa partie consacrée aux animaux. Ils sont 2.000 à habiter dans cet écrin : ouistitis, croco­diles, oiseaux exotiques ou encore des bêtes de la ferme (chevaux, cochons, oies et chèvres). Un lac fait aussi le bonheur des pèlerins, tout comme les anima­tions récréa­tives, pédago­giques ou de décou­vertes visuelles et olfac­tives proposées tout au long de l’année.

La Rose, star du jardin de l’Argelière

Lysiane Offerhaus LArgeliere 2018 2bis
Photo : culture.gouv.fr

Rendez-​vous maintenant au jardin de l’Argelière, à La Gaude. Ce coin de fraîcheur est localisé au 400 chemin des Vallières. On y vient entre autres pour ses rosiers, de  l’incontournable “Centifolia” à la musquée “Buff beauty”, ces végétaux admirables habillent les pergolas ou sont accrochés aux arbres, rendant le lieu féérique.

Les variétés tropi­cales, plus fragiles, sont à observer dans une verrière et une petite serre. La politique de la maison est de préserver un équilibre favorisant l’écosystème en laissant les plantes sauvages cohabiter avec ses protégés, sans pesti­cides ni engrais chimique. 

Sur ses 3.000 mètres carrés, le parc, qui figure parmi “les préférés des Français”, accueille près de 1.200 espèces, dont certaines vivant dans de petits bassins. Les passants pourront admirer des floraisons à toutes les saisons, d’avril à octobre. 

L'Exotisme au jardin d'Eze

jardin eze
[Illustration /​ © DepositPhotos]

Autre jardin faisant la fierté de notre métropole, celui d’Eze et ses nombreuses planta­tions exotiques, à visiter rue du Château. Perché à 429 mètres d’altitude, il a été édifié après la seconde guerre mondiale, au milieu des ruines d’une ancienne forte­resse médiévale.

Ici, yuccas, agaves, cactus et aloés vous font voyager, avec une compo­sition en deux parties. Au Sud, vous remar­querez princi­pa­lement les plantes grasses venues des quatre coins du monde. Le Nord du domaine est plutôt consacré à la flore méditerranéenne. 

En plus de cette verdure remar­quable, le site bénéficie de sa locali­sation à flanc de colline, de quoi profiter d’une balade de deux heures (la durée conseillée) entre les allées verdoyantes tout en offrant une vue impre­nable sur la mer. 

Les 9 jardins de la Villa Ephrussi

Villa Ephrussi de Rothschild
[Illustration /​ © DepositPhotos]
Villa et Jardins Ephrussi de Rothschild
Illustration - iStock/​© Getty Images

Nous finissons notre expédition par un endroit à nul autre pareil, la Villa Ephrussi de Rothschild. Là-​bas, pas un, mais neuf jardins sont à explorer sans retenue à Saint-​Jean-​Cap-​Ferrat, sur la presqu'île. Une immense propriété où les théma­tiques végétales sont extrê­mement diversifiées. 

Du secteur principal, à la française, qui est en forme de pont de bateau, orné par des cascades et des bassins pour la partie espagnole, parti­cu­liè­rement agréable à partir du mois de mars pour ses floraisons de plantes odorantes. Vous y verrez des grena­diers et oliviers, sans oublier le rosier centenaire…

Le Japon, l’Italie (Florence), l’Amérique n’ont pas été oubliés, tout comme la Provence où les oliviers, lentisques et pins se mélangent au romarin et la lavande. Amateurs de roses, vous serez aussi comblés. Il y en a pour tous les goûts dans ce cadre enchanteur

5 autres "jardins remarquables" dans le département

Château de Mandelieu-la Napoule
[Illustration /​ © DepositPhotos] Château de Mandelieu-​la Napoule

En plus de ces cinq espaces verts, d’autres parcs du dépar­tement ont été salués par le titre de "jardins remar­quables", qui est octroyé pour cinq ans : celui de la Villa Thuret (Antibes), le Vallon du Brec (Coursegoules), la villa Fort France à Grasse, le château de la Napoule (Mandelieu, en photo), le musée inter­na­tional de la Parfumerie (Mouans-​Sartoux) et l’Arboretum Marcel Kroenlein (Roure).

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.