Covid-19 à Nice : Hospitalisations, réanimations… des chiffres (déjà) inquiétants dans les Alpes-Maritimes

La tension hospitalière est toujours forte dans le 06 et notre taux d’incidence préoccupant, alors que les effets épidémiques des fêtes de fin d’année ne pourront être connus que dans quelques jours
coronavirus alpes maritimes nice
Photo : illustration

pollution air Nice

Ne ratez aucune info avec notre newsletter

Une fois par semaine, l'essentiel de l'actu qui vous concerne

Notre département enchaîne les tristes records. Depuis décembre, la barre symbolique des 500 hospitalisations COVID a été dépassée. Pendant la première vague au printemps, jamais les hôpitaux maralpins n’avaient accueillis plus de 300 patients touchés par le virus simultanément. D’après Santé Publique France, on en compte 564 (+6 en 24h) aujourd’hui.

⚠️ Suivez toute l’actualité de la pandémie de Covid-19 avec notre page spéciale

69 personnes (+1 en 24h) sont admises en réanimation, pour une tension hospitalière chiffrées à 78% au 3 janvier (52% en France). Au 3 janvier, le taux d’occupation des lits de réanimation/SI/SC et de 68%.

À lire aussi > Covid-19 : quelle situation épidémique dans les Alpes-Maritimes juste avant le couvre-feu à 18h?

coronavirus alpes maritimes
Visuel : Covid-Tracker

Notre taux d’incidence (nouveaux cas pour 100.000 habitants sur une semaine) n’est toujours pas très brillant : il dépasse les 330 au 31 décembre, alors que la moyenne en France est 136, et le seuil d’alerte 50.

Même si le laisser-aller de certains et les déplacements vers Monaco et l’Italie, couplés à l’entrée dans l’hiver, ont pu faire grimper le chiffre, il faut également garder à l’esprit que notre territoire est parmi ceux où l’on se dépiste le plus, comme nous vous l’expliquions dans ce décryptage.

En moyenne, 6 personnes meurent chaque jour en ce moment (du 26 décembre au 3 janvier) dans les Alpes-Maritimes, un chiffre en hausse.

taux d'incidence nice alpes maritimes

La situation pourrait empirer

Concernant la circulation du virus, l’effet des fêtes ne sera connu que dans une semaine. “La tendance est déjà préoccupante” depuis début décembre, affirme Jérôme Salomon au JDD.

Le directeur général de la Santé s’inquiète à la fois des conséquences des vacances, du froid qui favorise les transmissions, des deux variantes identifiées en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud déjà détectées en France mais aussi du brassage d’élèves avec la rentrée de ce lundi 4 janvier.

À lire aussi… VIDÉO. Couvre-feu, Nouvel an à Nice : Christian Estrosi promet la plus grande fermeté au lendemain d’images ridicules diffusées sur France 2

Le Conseil scientifique a d’ores et déjà dit craindre un rebond “incontrôlé” dans les prochaines semaines, notamment en raison des fêtes de fin d’année et de l’organisation de quelques rassemblements clandestins pour le réveillon.

Notre département, comme 14 autres particulièrement exposés, majoritairement à l’Est, est soumis à un couvre-feu avancé à 18 h (au lieu de 20 h) depuis le 2 janvier.

Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
pollution air Nice

Ne ratez aucune info!

Inscrivez-vous à notre newsletter

Total
10
Share