"Ils font Nice" : chaque semaine, nos figures locales mises en vedette dans Nice-Presse

Depuis plus de trente ans, Lou Pantail ravit les papilles des Niçois avec des spécia­lités d'ici. Les tradi­tions sont perpé­tuées avec une pointe de modernité. Christophe Aramini, respon­sable de salle et Jérémie Sturner, chef de cuisine, sont à la tête de l’établissement.

Comment est né Lou Pantail ?

Il a été créé en 1990 par notre ancien patron, Jean-​Paul Nespolo. Il avait en tête une brasserie typique niçoise, avec des pizzas au feu de bois et des plats tradi­tionnels. Un vrai restaurant de quartier. 

À l'époque, il était dans le monde du football amateur et profes­sionnel, il y a donc un lien entre l'OGC Nice et Lou Pantail qui s'est créé au fil du temps. 

Capture decran 2023 09 22 a 15.38.06
Photo : Nice-Presse

De notre côté, on a tous les deux commencé en tant qu'employés, il y a quatorze ans. Aujourd'hui, nous sommes proprié­taires du lieu. Pour nous, c'est une belle histoire d'avoir pu reprendre le restaurant. D'ailleurs, nos anciens patrons conti­nuent de venir pour nous donner des conseils, ils nous accompagnent.

L'établissement a évolué…

Depuis une dizaine d'années, la brasserie est devenue un restaurant tradi­tionnel. En 2016, Jean-​Paul Nespolo et son fils Sébastien (aujourd'hui proprié­taire du Nespo) ont voulu donner un second souffle, de la fraîcheur. Ils ont réalisé des travaux avec une nouvelle décoration. 

ipiccy image 7 2
Photo : Lou Pantail

Les plats sont plus soignés. On a voulu apporter du raffi­nement dans cette cuisine très tradi­tion­nelle, surtout sur le côté visuel. Même si, actuel­lement, on utilise toujours les recettes de la mère de Jean-​Paul, "la Nonna". Ici, c'est un endroit très familial. On garde les tradi­tions, tout en étant moderne. 

Que proposez-​vous ?

Des spécia­lités niçoises ! Des raviolis à la daube, des petits farcis, de la pissa­la­dière, des panisses… On a les classiques mais aussi un panel de plats parfois un peu oubliés. Par exemple, en suggestion, on trouve : des alouettes sans tête, de la poche de veau, une fois par mois, le stockfish… 

ipiccy image 7 3
Photo : Lou Pantail 

Tout cela est complété avec des plats français et italiens, comme des pâtes, des pizzas au feu de bois ou encore des grillades… 

Votre meilleur souvenir ? 

C'est compliqué d'en choisir un en parti­culier. Il y en a beaucoup ! Ici, c'est un lieu de rencontre entre Niçois, mais aussi avec des personnes d'ailleurs qui veulent découvrir notre gastro­nomie. C'est le mélange de tout cela qui nous a permis d'avoir de très belles discus­sions, de connaître des gens… C'est enrichissant !

Capture decran 2023 09 22 a 16.21.39
Photo : Nice-Presse

Des projets ?

Lou Pantail, c'est notre maison ! Pour l'instant, on reste comme ça. De temps en temps, on participe à quelques événe­ments. Par exemple, il y a quelques temps, on était au magni­fique Château de Crémat.

  • 107 Av. Saint-​Lambert, 06 100 Nice

Elles et ils font Nice :

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.