L'art continue de se développer dans la rue ! Une mur d'expression photo­gra­phique vient d'être inauguré en plein centre-​ville. L'occasion de mettre en lumière les artistes locaux. 

"On voulait faire quelque chose de différent" explique Robert Roux, adjoint à la culture. 

Ce lundi 12 décembre, le premier mur d’expression photo­gra­phique de la Ville de Nice a été dévoilé le long de l’avenue Desambrois, en contrebas du boulevard de Cimiez. Ce grand espace en béton, pas vraiment esthé­tique à l'origine, est désormais une véritable "galerie à ciel ouvert".

Capture décran 2022 12 13 à 14.36.43
Photo : Nice-Presse

Des corps en mouvement et une touche de rouge… Les passants peuvent admirer deux photo­gra­phies de l'artiste Gabriel Martinez. 

"Mon atelier est juste à côté, tous les jours je voyais ce mur. On s'est dit qu'il fallait faire quelque chose". 

Les clichés exposés appar­tiennent à la série "Noire". "Je la réalise depuis plus de trente ans". "Je travaille la peinture noire. Cette couleur me permet d'avoir des contrastes, de la luminosité…"

Capture décran 2022 12 12 à 17.03.42
Photo : Nice-Presse

"Les personnes qui viennent à l'atelier, je les fais vivre". "Je m"intéresse aux mouve­ments, par exemple, ici, on voit une violo­niste (photo­graphie de gauche, NDLR). Aucun modèle n'est professionnel". 

Lire aussi : EN IMAGES. Nice : le campus Saint-​Jean d'Angély se la joue street art

Pour l'instant, seules les œuvres de Gabriel Martinez sont affichées. 

Mais prochai­nement, ce lieu devrait accueillir cinq à sept panneaux avec des clichés pris par diffé­rents photo­graphes de chez nous.

La photo superstar

Les artistes sont valorisés, mais c'est également le médium tout entier qui est mis en avant. "On ne voulait pas faire de street art, il y a en déjà pas mal" détaille Robert Roux. 

"En plus, il y avait une inter­diction du bâtiment de France de toucher au mur lui-​même. Là c'est différent, puisque c'est démontable". 

"On a de vrais talents ici, il faut les montrer"

Lire aussi : Nice. Musée de la Photo Charles-​Nègre : les recettes de son succès

Le studio Harcourt, Yann Arthus-​Bertrand, ou encore Vincent Munier… Dans notre cité, le Musée de la Photographie se développe d'ailleurs de plus en plus.

"Quand on regarde la succession des exposi­tions, c'est quand même impres­sionnant". La structure est dotée d’une galerie consacrée à la création régionale. "Avec des gens comme Jacques Renoir par exemple". 

"Maintenant, les talents sont également exposés dans la rue. On veut que l'art soit partout". 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.