Les touristes étaient visiblement pressés de revenir voir le Carnaval de Nice après la crise sanitaire. À trois semaines du lancement, la plupart des billets ont déjà été achetés.

"Nous sommes sur un bon cru : la billet­terie se porte très bien" pour cette édition des 150 ans indiquait dans nos colonnes le 16 janvier Lauriano Azinheirinha, le patron de l'office de tourisme.

D'ores et déjà, le taux d'occupation des hôtels est estimé à 70% des chambres. Ce week-​end, les places en tribune sont parties comme des petits pains.

Ainsi, en ce 24 janvier, sur la billet­terie en ligne, il ne reste aucune possi­bilité dans les gradins pour les corsi du soir.

LIRE AUSSI : Nice : "il faut entendre les critiques sur le Carnaval, peut-​être le réformer" dit l'office de tourisme

Pour la grande parade d'ouverture, samedi 11 février, il ne reste plus que des places dans les prome­noirs, avenue de Verdun et sur la Promenade des Anglais (10 euros). C'est la même chose pour les corsi illuminés.

Il y a encore des billets le soir pour la zone A, c'est-à-dire Masséna, le 14 et le 21 février.

Pour ce qui est des batailles de fleurs, en plus des prome­noirs, il y a encore quelques options dans les tribunes (28 euros adultes, 10 euros enfants) le 12, le 15 et le 22. Rendez-​vous sur le site officiel de l'évènement pour en savoir plus.

Quel programme cette année ?

Le vendredi 17 février, le premier carnaval gay de France "Lou Queernaval", sera de retour, en accès libre, à 20h30 sur la Place Masséna. Même chose pour la cérémonie de clôture, sur la Promenade des Anglais à 16h le dimanche 26 février.

Cette année, une expo évènement sur les Carnavals de Nice et Rio sera proposée à la Villa Masséna, là aussi gratuit pour les Niçois. Le Village lancé l'an passé sur la Coulée verte fera aussi son comeback, avec des activités ludiques et des stands gourmands.

LIRE AUSSI : Que pèse le carnaval de Nice face à ceux de Venise, Rio ou de Dunkerque ? On a comparé

En 2022, le rendez-​vous avait attiré 107.000 specta­teurs, soumis aux jauges imposées par le Covid-19.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.