« Ils font Nice » : chaque semaine, nos figures locales mises en vedette dans Nice-Presse

Photographe et vidéaste, Clément Rougier diffuse son travail sur les réseaux sociaux pour valoriser notre terri­toire et les Azuréens. 

Nice-​Presse : Cette passion, d'où vient-elle ?

J'ai suivi un IUT infor­ma­tique pendant cinq mois à Fabron. Je me suis rendu compte que ce n'était pas pour moi. J'ai donc décidé de me diriger vers la photographie.

J'en faisais déjà depuis mes douze-​treize ans, mais au début c'était juste avec un portable, comme "monsieur tout le monde". Rapidement, c'est devenu une passion. J'ai acheté un premier appareil à quinze ans. 

À dix-​sept, j'ai eu mes premiers contrats. Progressivement, je me suis aussi intéressé à la vidéo. 

J'ai commencé à faire des petites choses avec les copains pour des projets… 

Capture décran 2022 10 07 à 15.37.56 edited
Photo : Nice-Presse

Vous mettez en avant les artistes et entrepreneurs locaux…

Je fais beaucoup de formats pour les réseaux sociaux, à la verticale. C'est assez varié, ça peut aller des fresques de César Malfi au Château de Crémat en passant par la Boulisterie.

On peut voir aussi des petits spots publi­ci­taires pour les glaces Valis Fleurbet par exemple. Pour l'instant, je travaille uniquement sur Nice et dans les Alpes-Maritimes. 

Je suis aussi un peu sur Youtube. 

Je propose des vidéos plus légères, entre amis… Mais toujours avec ce côté où l'on découvre la région ! 

Des inspirations ?

J'ai été très inspiré par le Niçois Lucas Bosc. Il faisait des formats un peu dans le même style, pour les réseaux sociaux. 

Sinon, je pense que c'est Nice en général qui m'inspire tous les jours. On a une lumière parti­cu­lière, il y aussi une diversité au niveau du paysage avec la mer, la montagne, la ville, les collines…

Vos meilleurs souvenirs ici ?

Je pense que c'est surtout lorsque j'ai filmé pendant la Boulisterie Tour. 

Pour la création de la troisième collection avec la marque JACK & JONES, je les accom­pagnés pour en faire la promotion. 

On a descendu la nationale 7, de Paris à Nice, avec des arrêts marquants. Il s'agit du thème de la collection. C'était la première fois que je faisais quelque chose d'aussi gros sur une semaine. Ça reste un moment vraiment marquant. 

Où vous voyez-​vous dans quelques années ?

Toujours à Nice, ça c'est sûr ! Je ne quitterais jamais cette ville. 

Elles et ils font Nice :

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.