Les élus avaient du pain sur la planche jeudi 7 octobre. Au programme du conseil municipal, 168 délibé­ra­tions sur les subven­tions, les grands travaux, l'évènementiel… pour une séance avant tout placée "sous le signe de la transition écolo­gique".

Il y avait, étonnement, pas mal de journa­listes pour cette rentrée du conseil municipal. Serait-​ce dû au fait que la majorité estro­siste connaît une période de turbu­lences depuis quelques jours ? "Même si nous sommes heureux de nous retrouver, prenons garde à ce que le plus ne devienne le trop" a entamé Christian Estrosi. "Donnons à ce débat la dignité qu'il mérite". 

Message reçu dans les rangs. Mardi et mercredi soir, pour la réunion des adjoints puis celle de la majorité, les élus s'étaient déjà fait "remonter les bretelles", nous a-​t-​on raconté. D'après lui-​même, Gaël Nofri ne serait pas en disgrâce au Conseil. Il était malgré tout l'un des rares à ne présenter aucune délibé­ration, sur près de 200. 

Les "nouveaux virés", Gaëlle Frontoni et Bernard Chaix, débarqués du gouver­nement municipal pour déloyauté dans la semaine, étaient placés au dernier rang, près des élus RN. Les micros des médias étaient tendus vers eux à la pause de 13 h.

Le conseil municipal a été marqué pas d'épisodiques affron­te­ments entre Philippe Vardon - RN, groupe Retrouver Nice - et le maire, pour des motifs pas toujours très clairs. Comme un vieux couple qui ne se supporte plus, tout semblait prétexte pour s'écharper. Les Verts - groupe Retrouver Nice - n'étaient pas en reste, puisqu'ils auront passé la matinée à traiter hors micro (mais très fort) Christian Estrosi d'"hypocrite", de "menteur" et d'"oppor­tu­niste".

Voilà pour l'ambiance. À noter toutefois que, malgré l'acrimonie que l'on retient souvent, la grande majorité des dossiers ont été votés à l'unanimité des élus présents, tous groupes confondus.

Rappelons que la majorité DVD détient 56 sièges (ses délibé­ra­tions sont donc toutes votées), le RN 7 et les écolos 6.

Les principaux désaccords

christian estrosi nice conseil municipal

1 - Sur la politique écolo

La séance s'est ouverte sur la question de la transition écolo­gique, "pour une Ville verte et bleue". "N'oublions pas le social" a souligné Christian Estrosi dans son propos intro­ductif. "Sans accom­pa­gnement des plus faibles, il n'y aura ni transition écolo­gique, ni culture : ce serait le chaos". Ces dernières semaines, l'exécutif a présenté plusieurs plans pour un dévelop­pement durable. Le 17 septembre, le premier magistrat de la ville était d'ailleurs notre invité spécial, pour présenter celui sur l'économie maritime.

Les "Accords de Nice pour le Climat" ont également été signés il y a quelques jours.

FBFQqfyXMAAV3Ez
Image : live internet/​Ville de Nice

"Vous proposez une écologie punitive, dépen­sière, et polluante" torpille Juliette Chesnel-​Le Roux (EELV), pointant le projet d'extension de l'aéroport, la subvention précé­demment accordée à un grand prix de Formule 1 dans le Var, la nouvelle écotaxe, promise aux automo­bi­listes usagers des ferries Nice-​Corse, où le Transition Forum, "un sommet de green­wa­shing, qui aura coûté 575.000 euros aux contri­buables". En fin d'intervention, la voici qui brandit un pot de peinture verte et un pinceau. "Vous n'aurez qu'à repeindre la porte de votre bureau avec" lui répond le maire, haussant un sourcil.

2 - La démolition du TNN et d'Acropolis

acropolis coulée verte nice estrosi
© DR

Au rayon des critiques, le groupe écolo dénonce le "projet tragique" d'extension de la Coulée verte vers le Nord, en lieu et place du Théâtre national et du palais Acropolis, promis à la démolition. Les projets de nouveaux Palais des Congrès à Nice-​Ouest, et des Arts et de la Culture à Nice-​Est n'ont pas, non plus, trouvé grâce à leurs yeux. "La salle de théâtre jetable que vous proposez coûte bien trop cher" ont-​ils notamment pointé.

cestrosi 1445807823540002821 20211006 194701 img1
Le projet de nouveau Palais des Congrès à Nice-Ouest

C'était attendu, le dossier a un brin enflammé les esprits de bon matin. "D'après un sondage que vous avez commandé vous-​même, les Niçois n'estiment pas ce projet comme étant priori­taire. Consultez-​les réellement, organisez un référendum local" lance Philippe Vardon. "Votre concer­tation publique a réuni 226 personnes, alors que la pétition de Patrick Allemand (ex-​élu PS, ndlr) pour sauver les bâtiments a reçu près de 2.000 signatures".

"On pourrait effec­ti­vement s'arrêter à ce type de paroles incan­ta­toires, mais les experts ont parlé" répond Christian Estrosi. "Nous devons agir contre les îlots de chaleur. Et pour ce qui est de consulter les Niçois, ils ont pu le faire en 2008, 2014 et 2020, trois occasions au cours desquelles ils ont approuvé notre engagement pour une ville verte, tournée vers la culture et l'évènementiel de qualité".

"Je n'ai pas attendu les écolos intégristes pour agir contre la pollution atmosphé­rique, pour la transition écolo­gique… Je garde mon cap, les Niçois seront moins bêtes que vous"

Christian Estrosi, à l'opposition

3 - Le Carnaval

297942 5e53d3eec7d5f 43cad2665fc7c3945bbc92e7e0586337f5cb3204
Édition 2020. Photo : Carnaval de Nice

"Je ne peux me résoudre à voir ces murs autour du Carnaval. Vous l'avez retiré des rues, vous avez éloigné les Niçois pour l'offrir aux touristes". Une nouvelle fois, l'opposition RN a vivement taclé l'organisation de cet évènement majeur de notre vie locale.

Ce qu'elle ne savait pas, c'est que Christian Estrosi "partage une partie de cette analyse. C'est pourquoi ça va changer".

"J'ai hérité de cette organi­sation, avec des impératifs de sécurité demandés par la préfecture. C'est déjà gratuit pour ceux qui se déguisent, mais on va aller plus loin" a encore répondu le maire. Comme nous le résumons dans cet article, les équipes ont planché sur une édition 2022 "plus populaire et familiale" avec des rendez-​vous gratuits, dans un ensemble encore plus specta­cu­laire. Voilà qui serait donc réglé !

Rendez-​vous également cette année avec un évènement dérivé organisé par des étudiants et avec le Queernaval proposé par les associa­tions LGBT+.

4 - La taxe carbone

nice corsica ferries
Photo : Magali M. (à titre d'illustration)

Ils l'avaient déjà annoncé au cours d'une confé­rence de presse la veille : les élus RN ont déposé un voeu pour que la nouvelle taxe imposée aux voyageurs qui embarquent dans un ferry Nice-​Corse avec leur voiture ne soit pas imposée aux Niçois et aux insulaires. Le maire leur a répondu qu'il compte rencontrer dans les prochains jours le patron de Corsica Ferries pour "trouver des solutions". Philippe Vardon et ses collègues retirent donc leur voeu, mais "restent attentifs à la situation".

Les autres grands dossiers

Ont été approuvées par tous plusieurs délibé­ra­tions importantes : 

Les hommages

FBFQCbSWYAIpvrq
© DR

Avant d'entamer la séance, le maire a eu quelques mots pour Bernard Tapie, "un ami", et un "exemple de dépas­sement de soi". "Il laissera un vide dans le cœur des Niçois et des Français" a-​t-​il noté à l'égard de Jean-​Paul Belmondo. Un dernier hommage, enfin, pour le journa­liste de Nice-​Matin Jean-​François Roubaud, qui nous a quittés bruta­lement mercredi. "Une grande plume, un amoureux de notre ville". Une minute de silence a été observée (photo).

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.