Le Décodage de Nice-​Presse, chaque jeudi en direct à 7h15 et 9h15 dans la matinale de notre parte­naire BFM Nice Côte d’Azur.

Le budget 2024 de la mairie de Nice, on ne le connaît pas encore, il sera voté le 10 avril prochain. Mais hier, les élus débattent des grandes orientations de la commune. Les écologistes estiment que beaucoup d'argent est dépensé pour la sécurité, avec peu de résultats… Que reprochent-​ils exactement ?

Tu l'as dit, beaucoup de dépenses et peu de succès, d'après le groupe Vert au conseil municipal

Selon Juliette Chesnel le Roux, les mauvaises décisions persistent, avec le "commis­sariat le plus cher de France" aménagé dans l'ancien hôpital Saint-​Roch, l'installation de nouvelles caméras, alors que leur efficacité resterait à démontrer. La police municipale risquerait, avec ces orien­ta­tions, de ne pas être assez présente dans les quartiers, les derniers chiffres de la délin­quance n'auraient pas tendance, dit-​elle, à la rassurer

Et la ville, comment elle se défend ?

Pour les recru­te­ments dans la police municipale et les nouvelles caméras, on n'en sait pas tellement plus pour l'instant

Le premier adjoint Anthony Borré a donné quelques chiffres intéres­sants : l'année dernière, la justice a utilisé 1900 vidéos issues des caméras au cours de diffé­rents procès. L'hôtel des polices, prévu pour 2025, serait unique et Europe et coûterait 203 M à l'Etat, seulement 82 à la munici­palité. Pour ce qui est de la délin­quance, le "monsieur sécurité" de la ville trouve que la tendance est plutôt bonne

Et ça, c'est vrai ?

Oui, mais pas sur tout. Si on compare Nice aux autres grandes communes, en effet, le bilan est plutôt pas mal, puisque qu'elle ne figure jamais dans le "Top 10" des pires, peu importe les délits que l'on regarde. Elle se classe même parmi les grosses agglos les plus sûres de France

Les cambrio­lages reculent de 30%, d'autant pour les vols à la tire et les vols de voitures. Attention aux agres­sions qui gagnent 19%, aux vols armés qui progressent de 30%

Les chiffres du trafic de drogues restent stables, mais on le voit, au-​delà des données brutes, c'est aussi le sentiment d'insécurité qui s'est très largement développé dans certains quartiers,  à juste raison au regard des dernières bouffées de violence aux Moulins ces derniers mois. Reste à préciser que sur le narco­trafic, c'est l'Etat, en premier lieu, qui est attendu au tournant.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.