«Je ne peux pas légaliser cette merde»: Darmanin balaie l’idée d’une autorisation du cannabis

Gérald Darmanin Nice
Photo : Gouvernement / DR

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
6
Shares

 «Je ne peux pas, en tant que ministre de l’Intérieur, (…) légaliser cette merde». Le combat de Gérald Darmanin contre les drogues douces continue.

FRANCE & MONDE —Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin estime lundi 14 septembre dans un entretien au journal «L’Union» que le maire (LR) de Reims Arnaud Robinet «se trompe profondément» en proposant l’expérimentation ciblée de la légalisation du cannabis.

«Ce gouvernement ne baisse pas les bras»

«La loi de la République, c’est l’interdiction des drogues», insiste le ministre de l’Intérieur. «J’ai sur ce point, et malgré mon estime pour lui, un désaccord profond avec Arnaud Robinet. Sur ce sujet, je crois qu’il se trompe profondément», ajoute-t-il.

«Je ne peux pas, en tant que ministre de l’Intérieur (…) dire à des parents qui se battent pour que leurs enfants sortent de l’addiction à la drogue, que l’on va légaliser cette merde. Et je dis bien “cette merde” » — Gérald Darmanin

«Qu’est ce que je répondrais aux dizaines de courriers que je reçois par mois de parents qui ont eu des enfants gravement blessés ou tués, parce qu’ils ont pris de la drogue et qu’ils ont conduit après ?»

L’élu de droite Arnaud Robinet avait au contraire demandé le 8 septembre un «vrai débat» sur le cannabis pour «étudier les conséquences d’une légalisation de (sa) vente», avec des «expérimentations locales.»

«La France a l’arsenal répressif le plus strict d’Europe et pourtant, c’est le pays qui compte le plus de consommateurs de cannabis: 11% des Français, trois fois plus qu’il y a 30 ans» avait-il mis en avant.

Partagez cette info :

Total
6
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse