Le conseil dépar­te­mental dirigé par Les Républicains présentait lundi ses grands postes de dépenses pour 2024. Soutien aux vallées, environ­nement, sport… On fait le point ensemble.

Lire aussi > Nice : pompiers, seniors, enfants… Pourquoi l'opposition a refusé de valider le budget du Département

Un budget compliqué à boucler

Préparer le budget n'a pas été une mince affaire, le président Ginésy ne le cache pas. Réunis le 12 février à Nice-​Ouest, les élus des Alpes-​Maritimes devaient valider les dépenses programmées cette année.

conseil départemental alpes-maritimes
[© Nice-​Presse]

L'administration du CD06 a dû se résoudre à "des choix diffi­ciles", consé­quence de la situation finan­cière de la collec­tivité : "l'inflation a persisté, avec une crois­sance faible. Les charges sont en hausse de 18 millions d'euros, les recettes de fonction­nement en recul de 50 millions" . Pire, l'impôt indirect perçu sur les transac­tions immobi­lières rapporte 190 millions d'euros de moins sur un an.

En 2024, les Alpes-​Maritimes emprun­teront 75 millions d'euros et table sur 290 millions en "inves­tis­sement", "presque le triple d'il y a sept ans".

Travaux, culture, social… quelles dépenses principales ?

632 millions d'euros seront dépensés au titre du social, 179 pour les personnes âgées, 154 pour les handi­capés, 153 pour l'enfance, 141 pour le RSA, 88 pour les pompiers. La totalité du budget atteint 1,69 milliard d'euros.

Le président Ginésy promet que l'enveloppe consacrée à l'écologie - via le plan "Green Deal" - marquera une hausse de 22 millions d'euros, pour atteindre les 50 millions. La collec­tivité assure qu'environ 1% seulement de ses projets sont évalués comme ayant un impact défavo­rable sur l'environnement (17 millions d'euros).

Diverses aides seront fléchées vers la transition écolo­gique, avec 4 millions pour la rénovation thermique des collèges, 14 pour celle de logements parti­cu­liers, 4,5 pour de nouvelles pistes cyclables, 4 pour le ferroviaire.

32 millions d'euros sont injectés dans les vallées sinis­trées par les tempêtes (infra­struc­tures, protection contre les inonda­tions…), 55 millions pour des travaux menés dans les EHPAD.

Le comité régional du tourisme Côte d'Azur France - que le conseil régional de Renaud Muselier ne finance plus - pourra compter sur une subvention de 3,4 millions d'euros. Il devra s'orienter "plus que jamais vers les activités en pleine nature" et "vers une vision équilibrée et éco-​responsable".

Par ailleurs, 15 millions d'euros sont mobilisés vers les nouveaux usages numériques (intel­li­gence artifi­cielle, plate­forme servi­cielle MesDémarches06…). 

Le sport hérite de 18 millions d'euros, la culture de 21,3 : on parle ici des soirées Estivales 2024, avec 500 spectacles gratuits sur le terri­toire, les deux musées niçois (Les Arts Asiatiques et l'Espace Lympia) ou encore, notamment, le festival "C pas classique".

Quelles communes aidées ?

98 millions d'euros seront dépensés dans les diffé­rentes communes : la sortie Ouest de la Voie Mathis à Nice, l'embellissement de la Croisette à Cannes, le campus univer­si­taire vert à Grasse, le stade nautique d'Antibes et enfin le pôle multi­modal de Menton.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.