Cet article a été origi­na­lement publié dans les colonnes de Nice-​Capitale

L’opération « Filme l’avenir » parrainée par Jamel Debbouze s’est déroulée du 21 au 22 juillet à Nice. Encadrés par des profes­sionnels, des jeunes  issus des quartiers priori­taires ont réalisé des courts métrages sur le thème de « la solidarité ».

Stabilisateurs et micros sont disposés sur les tables à  la Maison de l’étudiant. Une vingtaine de jeunes âgés de 16 à 30 ans sont présents pour la deuxième journée d’atelier, dans le cadre du concours « Filme l’avenir ». L’objectif est simple : réaliser un court métrage de 90 secondes sur le thème de la solidarité, avec un téléphone et l’aide de véritables réali­sa­teurs (issus de l’association Talents en court au Comedy Club présidée par Jamel Debbouze)… 

Pour l’occasion,  Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice, Maty Diouf, adjointe déléguée à la lutte contre les discri­mi­na­tions, et Pierre Barone, conseiller municipal subdé­légué à la vie associative étaient sur les lieux pour présenter dans le détail le projet (réalisé également dans quinze autres villes françaises), mais aussi pour féliciter ces jeunes. 

Mercredi 21 juillet, lors du premier jour, les parti­ci­pants se sont donc d’abord intéressés à la décou­verte des bases scéna­ris­tiques et de la drama­turgie. Par groupe de quatre, ils ont écrit leurs propres scénarios en les adaptant au thème imposé. Le choix des rôles, des décors, des jeux de lumières, ou encore des diffé­rents plans… se sont effectués dans la journée. Tant l’aspect technique que visuel devaient être opéra­tionnels pour le tournage qui a commencé ce jeudi 22 juillet.

À la découverte de l’audiovisuel

Le but de ce projet est de permettre aux jeunes issus des quartiers priori­taires de s’initier au cinéma. Qu’il s’agisse du jeu d’acteur, de la technique, de l’écriture ou encore du montage. Toutes les étapes du tournage sont prises en compte. « J’aime beaucoup le milieu du cinéma. Plus tard j’aimerais être actrice du coup je voulais voir comment ça se passe » explique Salah Sulayman, lycéenne et parti­ci­pante à l’opération. Pour Abdelhakim Madi, origi­naire des Moulins, président de l’association Partage Ton Talent et ancien candidat sur la liste de Renaud Muselier aux régio­nales, c’est également un moment de décou­verte, « j’ai toujours adoré le monde du cinéma. Je n’ai jamais fait de tournage donc là c’est une première expérience. »

Une véritable immersion 

Accompagnés par deux autres camarades, Salah et Abdelhakim se sont lancés dans la folle aventure du tournage. Après une petite présen­tation à la Maison de l’étudiant, ils sont donc partis direction le quartier des Moulins pour leur court-​métrage. Une véritable immersion. Stabilisateurs en main l’équipe a commencé à filmer, accom­pagnée par les réali­sa­trices Chabname Zariab et Hind Harfaoui. « Place toi ici », « Fais attention à ton cadre ». Elles donnent des conseils tout en laissant un maximum d’autonomie aux jeunes. 

IMG 2170
Photo : Noémie Meffre /​ Nice-​Presse

Ici, l’histoire choisie est en réalité inspirée de la vie d’Abdelhakim. « C’est l’histoire d’un jeune bénévole qui a pour habitude de distribuer des chocolats aux enfants pendant le confi­nement afin d’apporter un peu de plaisir. Jusqu’au moment où l’association se retrouve confrontée à un problème financier » explique la réali­sa­trice Chabname. Tout le monde est investi et prend son rôle au sérieux. Première scène tournée : dans un couloir, une petite fille découvre des chocolats devant sa porte. Le début d’une longue journée de prises… Ils devront ensuite rentrer avant 15 h pour réaliser le montage. 

Si leur film est retenu parmi les meilleurs, il sera diffusé sur France TV Slash, parte­naire du projet. Résultat prévu pour le 17 novembre prochain !

Pratique

  • Le concours est ouvert jusqu’au 30 septembre. Il est également possible d’y parti­ciper de manière indépen­dante, sans effectuer d’atelier. Il suffit de poster son film sur filmelavenir.fr.
Réagissez