Réputée pour son cadre de vie agréable, Nice attire les jeunes. Mais selon un récent rapport de l'Unef, l'Union nationale des étudiants de France, la cité azuréenne souffre d'un coût de la vie très élevé. La mairie a mis en place certaines actions pour leur venir en aide. 

Nice, la mer, la plage de galets, la vieille ville, la célèbre promenade des Anglais… Pas de doute, la ville attire les vacan­ciers… Mais aussi les étudiants ! Bien que pour les premiers les dépenses ne soient l'affaire que de quelques jours, pour les seconds, il s'agit d'un budget plus consé­quent (et plus tendu !).

À ce sujet, l'Unef a publié un classement (*) des 47 villes univer­si­taires au niveau du coût de la vie étudiante. Sans surprise, Paris atteint la première marche. 

Mais le palmarès de Nice n'est pas si reluisant, puisqu'elle termine à la 9ème place.

1.064,49€ par mois en moyenne

Entourée par Orsay et Cergy, la capitale azuréenne récla­merait en moyenne 1.064,49€ de dépense chaque mois à ses étudiants pour vivre, quand ses homologues franci­liennes sont respec­ti­vement à 1.064,69€ et 1.055,69€.

ClassementVilles Coût de la vie (en euros par mois)
1Paris                   1 276,69 €
2Nanterre                   1 170,69 €
3Créteil                   1 133,69 €
4Champs-​sur-​Marne                   1 118,69 €
5Saint-​Denis                   1 097,69 €
6Guyancourt                   1 094,69 €
7Evry                   1 073,69 €
8Orsay                   1 064,69 €
9Nice                   1 064,49 €
10Cergy                   1 055,69 €
Données : UNEF, 2021

Il s'agit là d'une augmen­tation de 2,39% par rapport à l'année dernière. Selon le rapport de l'Unef, le coût de la vie étudiante augmen­terait de 2,5% cette année en France.

Le logement reste la principale source de dépense. Nice dispo­serait même des loyers les plus élevés en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, avec en moyenne 850€ par mois. Un montant presque équivalent à ceux de Paris.

L'action de la Ville

Face à ce classement, Graig Monetti, l'adjoint au maire chargé de la Jeunesse, s'est défendu sur Twitter en rappelant les mesures mises en place par la Ville de Nice.

Des créations de logements sont en cours avec 100 nouveaux héber­ge­ments pour 2022 et 475 pour 2024. 

La colocation inter­gé­né­ra­tion­nelle est également favorisée par la munici­palité. Une manière d'accéder à un loyer réduit et de favoriser l'échange entre les générations.

Relire aussi : INTERVIEW. Graig Monetti : « avec la crise sanitaire, le pays a une dette envers les étudiants »

Côté alimen­tation, poste majeur de dépense, pour les plus précaires, « nous allons rapidement ouvrir un nouveau restaurant social et solidaire du côté de Carlone, vers la faculté de Lettres » annonçait l'élu dans nos colonnes en juin, alors qu'un autre espace est déjà dispo­nible au 9 rue Alsace Lorraine.

Autre budget consé­quent : les trans­ports. Pour soulager le porte­feuille, la mairie a mis en place, depuis le 1er juillet, la gratuité des trans­ports le week-​end pour les 18-​25 ans. Un engagement de campagne de Christian Estrosi, rapidement tenu.

Une carte est à faire au bureau Ligne d'Azur avec comme seule dépense les 8€ de frais de dossier. 

*Pour établir son classement des 47 villes univer­si­taires françaises, syndicat s'est basé sur les loyers, le prix des trans­ports pour les étudiants non-​boursiers, le montant des APL ainsi que les diffé­rents frais de la vie courante (frais d’inscription, l’électricité, l’assurance habitation, le téléphone, internet, les frais bancaires, les services médicaux, l’alimentation, les produits d’hygiène et d’entretien, l’habillement, les livres et les loisirs)

Réagissez